Page Nav

Grid

GRID_STYLE
GRID_STYLE
True
LEFT

Breaking News

latest

L'homéopathie une dilution de la science

«Imaginée il y a deux siècles à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique» et qui «a vécu jusqu’à maintenant comme un...


«Imaginée il y a deux siècles à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique» et qui «a vécu jusqu’à maintenant comme une doctrine à l’écart de tout progrès»


L’homéopathie divise en ce moment les médecins au point que la faculté de Lille vient de suspendre son diplôme d’homéopathie.



Inventée il y a plus de deux cents ans, l’homéopathie est la médecine alternative la plus populaire en France. Selon le Conseil national de l’ordre des médecins, 56 % des Français ont consommé de l’homéopathie au moins une fois dans leur vie. Entre 2010 et 2017, la vente de médicaments hors spécialités a même augmenté de 30 %.



Les preuves scientifiques des fondements de l'homéopathie sont présentées dans le documentaire ci-dessous basé sur des interviews réalisées lors d'un congrès dédié à l'Homéopathie, la Physique Quantique et la Mémoire de l'Eau.

Découvrirez comment le cadre de la physique quantique permet de comprendre le fonctionnement des médicaments homéopathiques.

Pour cela il faut élargir notre cadre de pensée, qui depuis toujours est un cadre de physique classique. En se plaçant dans un cadre quantique on est capable d'expliquer scientifiquement une plus grande partie de l'Univers qui nous entoure. Alors que dans un cadre classique on ne peut en comprendre qu'une petite partie. Grâce à ce nouveau cadre de compréhension il est alors possible d'étudier les différentes structures de l'eau et d'expliquer comment l'information peut être enregistrée sous la forme de spectres de fréquences.

C'est en utilisant une démarche quantique et la compréhension des structures de l'eau qu'il est possible d'expliquer le fonctionnement des médicaments homéopathiques.












Pourtant en mars 2018, des médecins généralistes ont publié une tribune dans laquelle ils dénoncent l’absence de fondement scientifique de l’homéopathie.


via : Twitter.com
AFIS Science

via : Sante.LeFigaro.fr
27/07/2018



L’appel de 124 professionnels français de la santé contre les «médecines alternatives»

«L’ordre des médecins tolère des pratiques en désaccord avec son propre Code de déontologie et les pouvoirs publics organisent, voire participent, au financement de certaines de ces pratiques»

L’obligation d’honnêteté est inscrite dans les Codes de déontologie des professions médicales et le Code de la santé publique (article 39 du Code de déontologie et article R.4127-39 du Code de la santé publique). Ils interdisent le charlatanisme et la tromperie, imposent de ne prescrire et distribuer que des traitements éprouvés. Ils proscrivent aussi l’usage de remèdes secrets ou ne mentionnant pas clairement les substances qu’ils contiennent. Le Conseil de l’ordre des médecins est chargé de veiller à ce que ses membres n’utilisent pas leur titre pour promouvoir des pratiques dont la science n’a jamais pu prouver l’utilité, voire qui présentent une certaine dangerosité. Il doit veiller à ce que les médecins ne deviennent pas les représentants de commerce d’industries peu scrupuleuses. Il doit sanctionner ceux ayant perdu de vue l’éthique de leur exercice.
via : LeFigaro.fr
27/07/2018



La charge de l’Académie de médecine Française contre l’homéopathie n’est pas diluée. Dans un communiqué elle prend position pour le déremboursement total de l’homéopathie par la Sécurité sociale dés 2004.

En 2003, le ministère de la santé de l'époque avait rouvert le dossier en décidant de baisser le taux de remboursement des médicaments homéopathiques de 65 % à 35 %, jetant alors le trouble sur cette médecine alternative.

Il s'agissait de respecter "l'équité" entre les laboratoires pharmaceutiques. Alors que des dizaines de spécialités allopathiques venaient de subir une diminution de leur niveau de remboursement pour cause de Service Médical Rendu insuffisant, rien ne justifiait que l'homéopathie dont le SMR n'a jamais été évalué par la commission de la transparence ­ continue d'être prise en charge à 65 %.

Puis, en septembre 2004, l'Académie de médecine est revenue à la charge en demandant aux pouvoirs publics de mettre à l'index "cette méthode imaginée il y a deux siècles à partir d'a priori conceptuels dénués de fondement scientifique"
via : LeMonde.fr
16/09/2015
Sans vouloir s’opposer à la fabrication et à la vente de ces préparations «dans la mesure où elles ne sont pas toxiques», l’Académie souligne que l’homéopathie n’est pas soumise aux mêmes procédure d’essais cliniques et pharmacologiques que les médicaments. Les préparations homéopathiques «ne répondent en rien à la définition du médicament» mais «elles se présentent abusivement comme efficaces».

via : ScienceEtAvenir.fr
07/09/2005
« Il n’était pas possible à la  Haute Autorité de Santé  de proposer le remboursement des médicaments homéopathiques, pour deux raisons : ils n’ont pas une indication précise, et ils n’ont pas fait la preuve scientifique de leur ­efficacité à un niveau équivalant à celui exigé pour les autres médicaments » explique le professeur Gilles Bouvenot, alors président de la commission de transparence de la HAS (et ce jusqu’en 2014)
via : LeMonde.fr
21/05/2018
L’Académie nationale de pharmacie, s’associant à l’Académie de médecine

L’Académie nationale de pharmacie, s’associant à l’Académie de médecine qui s’était déjà exprimée dans ce sens, s’est pour la première fois prononcée en faveur du déremboursement des médicaments homéopathiques...
via : JIM.fr
04/04/2019





Le syndicat des homéopathes porte plainte contre les 124 professionnels de santé signataires d'une tribune contre les "médecines alternatives"

Les plaintes ont été déposées pour "non-confraternité", auprès du conseil départemental de l'Ordre des médecins de chaque signataire, puis elles leur ont été adressées personnellement.

La riposte, quatre mois plus tard. Le Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF) a porté plainte contre les 124 professionnels de santé signataires de la tribune contre l'utilisation de médecines alternatives, publiée dans Le Figaro le 18 mars. "On a pris notre temps pour étudier le dossier. Les plaintes sont parties il y a deux semaines", confirme à franceinfo Charles Bentz, président du SNMHF, auquel adhèrent 2 400 médecins homéopathes sur les 5 000 qui exercent en France.
via : FranceTVinfo.fr
26/07/2018



En Espagne, le gouvernement s'est lancé dans une croisade sans précédent contre l'homéopathie. Il considère cette thérapie comme une pseudo-science.

La vente de produits homéopathiques est strictement encadrée, les médecins ne pourront bientôt plus prescrire ces granulés et les formations ont disparu des universités. Une exception en Europe, qui suscite une polémique dans le pays.



Aux États-Unis, les fabricants doivent indiquer sur les étiquettes des médicaments homéopathiques que leur efficacité n'est pas scientifiquement prouvée.

Outre-Atlantique, les règles ont changé depuis le 15 novembre 2016 : la répression des fraudes américaines (Federal Trade Commission) a décidé que les médicaments homéopathiques devraient désormais remplir les mêmes obligations que les autres, à savoir être en mesure de prouver l'efficacité prétendue par les industriels à travers des études scientifiques dûment contrôlées. Dans le cas contraire, l'instance américaine demande aux fabricants d'indiquer en toutes lettres sur leurs produits que ceux-ci n'ont pas scientifiquement prouvé leur efficacité.

Désormais, aux États-Unis, faute de pouvoir démontrer l'efficacité de leurs produits homéopathiques par le biais d'études scientifiques, les fabricants américains devront indiquer clairement sur l'étiquette deux éléments :
- "Il n'y a aucune preuve scientifique de l'efficacité du produit"
- "Les allégations le concernant sont basées uniquement sur les théories de l'homéopathie du 18e siècle, non acceptées par la plupart des experts médicaux actuels"

Les fabricants qui dérogent à cette règle pourront être poursuivis pour publicité mensongère, prévient la répression des fraudes américaines. Cette décision intervient un mois après la mise en cause d'un produit homéopathique américain vendu pour soulager les poussées de dents de tout-petits, soupçonné d'être à l'origine du décès de dix bébés.

via : SciencesEtAvenir.fr
01/12/2018





Homéopathie, (en France) bientôt la fin ? - Enquête de santé le débat




Médicament ? Croyance ? Placebo ? Plus de deux siècles après son invention, l'étau se resserre autour de l'homéopathie.

Est-ce que l'homéopathie soigne ? Existe-t-il des preuves scientifiques ? Doit-elle toujours être remboursée ? Et doit-elle garder sa place en médecine ? Un débat animé par Marina Carrère-d'Encausse, Philippe Charlier et Emma Strack.



-
Sources : doctissimo.fr/2004/10/01 / lemonde.fr/21/05/200821/05/2018,  / sciencesetavenir.fr/07/09/2004, 18/03/2015, 23/04/2015, 01/12/2016 / blogs.univ-poitiers.fr / sante.lefigaro.fr/27/07/2018 / fakemedecine.blogspot.com / FranceTVinfo.fr/20/06/2018
-
Lol :