BREAKING NEWS
latest

Révolution technologique sur l’emploi


« La diffusion d’une innovation dans une économie provoque la disparition de certains métiers et en fait émerger de nouveaux. »


Depuis la mise au point de la machine à décrypter les messages d'Alan Turing, l'intelligence artificielle a fait de gigantesques progrès. Elle se décline aujourd'hui en logiciels pour traders, en robots ménagers, en assistants numériques, et demain, sans doute, en voitures autonomes.

Le Dessous des Cartes (émission éducative hebdomadaire - ARTE) à fait un tour d’horizon des États et des géants du numérique qui ont pris la mesure des formidables enjeux de l'IA.




On l'aura compris, l'intelligence artificielle est donc l'un des grands enjeux de notre époque et un instrument de puissance pour les États.

Cette révolution technologique a des répercussions multiples et notamment sur la société du travail.

Selon le Think tank Institut Sapiens, cinq métiers pourraient disparaître dans le courant du siècle :




Les métiers sélectionnés pour illustrer cet effet sont donc ceux ayant connu la plus forte diminution de leurs effectifs depuis 1986:
- Manutentionnaires
La disparition de ce métier est estimée au plus tôt en 2071 et au plus tard en… 2091. Ce métier a connu une diminution de 17 % de ses effectifs entre 1986 et 2016 pour compter aujourd'hui 675.000 employés. Et force est de constater que l'objectif des géants de la distribution comme Amazon ou Baidu est bien d'automatiser leurs entrepôts autant que faire se peut.

« La marge est importante car le coût de la main-d'oeuvre est faible », explique Erwann Tison.


Secrétaire de bureautique et de direction
Le nombre de secrétaires n'a cessé de diminuer depuis 1986, passant de 765.000 à 560.000 en 2016. Leur extinction est prévue entre 2053 et 2072. Toutefois, ce n'est pas la première fois que l'on prophétise la disparition de ce métier ; déjà dans les années 1980, l'arrivée de l'informatique semblait les condamner.

« Il y a une grande différence : on est passé d'une secrétaire par client à une secrétaire pour plusieurs clients aujourd'hui, justifie Erwann Tison. Un employé peut faire le travail de plusieurs d'autrefois. Il y aura encore un prestige à avoir quelqu'un sur ce poste pendant quelque temps, mais lorsque la technologie sera assez mûre, il ne restera plus qu'une petite poche d'actifs dans ce secteur. »


- Employés de la comptabilité
Le métier de comptable s'est déjà radicalement transformé en quelques années. Fini les petites mains (les aides-comptables) qui entraient sur papier les montants des chèques. Si les effectifs ont augmenté durant les années 2000, ils sont désormais 10 % de moins qu'en 1986, soit 300.000.

« La tendance est depuis quelques années à l'externalisation du métier », note le rapport, qui prévoit une extinction entre 2041 et 2056, quand « des logiciels intelligents dédiés pourront ainsi effectuer les tâches comptables sans intervention humaine ».


- Employés de la banque et de l’assurance
Les employés de banque et d'assurance sont les plus menacés selon l'Institut Sapiens. Leurs effectifs sont passés de 356.000 en 1986 à 221.000 en 2016 soit une diminution de 39 %. L'effet du numérique se fait ressentir partout en France ; on ne compte plus le nombre d'agences qui ferment au profit des opérations par Internet.

« La banque et les assurances […] risquent de ne plus compter aucun [employé] d'ici 2038 à 2051, soit une véritable extinction prochaine et rapide »


- Caissiers et employés de libre-service
Le nombre de caissiers et d'employés de libre-service a augmenté par rapport à 1986, mais la courbe est décroissante depuis les années 2000.

« Les caisses automatiques qui permettent de diminuer drastiquement la masse salariale fleurissent depuis plusieurs années dans les supermarchés », remarquent les auteurs de l'étude, qui projettent une extinction du métier à 2050 ou 2066 ... Ici, un autre critère a été pris en compte, précise Erwann Tison. C'est l'effet générationnel : certaines personnes continueront toute leur vie à se diriger vers un humain au moment de passer en caisse. »
-
via : lesechos.fr
Au total, selon les estimations, ce sont près de 2,1 millions d’actifs concentrés dans ces 5 métiers qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années.


Néanmoins, si de nombreux métiers vont disparaître, d’autres, en plus grande proportion vont également émerger.
Parallèlement des secteurs émergent et recrutent de plus en plus. Mais les emplois proposés demandent, pour la plupart, un niveau d'études et de qualifications plus important. C'est pourquoi l'étude conclut que dans les années à venir, «la véritable assurance contre le chômage sera la compétence».


Parce que nous ne pouvons encore cerner avec certitude la nature de ces nouveaux emplois, nous devons alors créer un cadre propice à leur émergence, basé notamment sur une formation professionnelle agile et personnalisée.

La formation professionnelle doit être un enjeu de première importance pour faire en sorte que cette vague digitale à l'origine de la disparition de nombreux emplois ne se transforme pas en crise sociale.

L’étude invite à mettre en place des possibilités « de se former tout au long de sa vie par la formation professionnelle. Il faut dans permettre aux actifs d’accéder à une palette large de nouvelles compétences leur permettant de devenir « employables, et qui sera une véritable assurance contre le chômage ».



--
Sources: boutique.arte.tv / arte.tv / institutsapiens.fr / lesechos.fr / leparisien.fr / lefigaro.fr / up-magazine.info / ouest-france.fr /
« PREV
NEXT »

Facebook Comments APPID